• Aurora

      FenrirInaugural

     Aurora

     
    Une matinée comme les autres, ou presque. Fenrir ouvrit les yeux doucement, releva la tête et bailla bruyamment. Elle avait encore dormi sur son bureau, de l'encre lui avait coulé sur le coin de la joue et la marque d'un écrou s'était joliment installé sur sa peau. Un réveil banal pour la mécano'. Elle se leva, s'étira et jeta un œil à la montre à gousset qui traînait sur le bureau. Sept heures vingt. Elle avait pas beaucoup dormi, comme toujours mais ça ne faisait rien, elle avait l'habitude et c'était de sa faute, elle n'avait qu'à se coucher plus tôt.
     
    Elle quitta sa salle des machines et commença à grimper les marches. Dans une pièce annexe, elle trouva Nef, Dairiun et Kasai endormis sur la table de la salle commune, un verre à la main, ils avaient dû boire toute la nuit. Fenrir rit doucement à la vue de cette scène. La mécano' continua sa route et passa devant le dortoir, là Crowley, Mirayhu, Crystal et Lucky dormaient paisiblement dans les bras de leurs biens-aimés respectifs. La jeune fille fut attendrie. Neir, elle, dormait dans son hamac de toile, elle aussi était attendrissante. Dans la cuisine elle ne trouva personne, normal après tout, il était sept heures. Le soleil ne comptait pas se lever avant deux bonnes heures encore.
     
    Fenrir déboucha sur le pont, elle fut surprise de sentir son pied se glacer instantanément. En jetant un regard au sol elle se rendit compte que L'Elian était recouvert d'une fine couche de neige, les voiles avaient légèrement gelées. Le bateau était blanc, un blanc merveilleux, brillant et doux. Un voile de pureté s'était étalé sur le vaisseau.
     
    Faisant fi du froid qui mordait ses orteils, la jeune fille s'avança sur le pont, faisant crisser la neige sous ses pas, elle s'approcha du bastingage et leva les yeux au ciel. Là-haut, l'étendue bleutée avait disparu, à la place, une rivière verte ondulait sur une nappe de velours parsemée d'étoiles. Une aurore boréale surplombait le bateau. Fenrir fut émerveillée, c'est pour des moments comme ça qu'elle avait prit son envol, pour cette magie qui remplissait les cieux et pour ces mondes encore inexplorés ou mal connus.
     
    La mécano' se dirigea vers la barre, là elle se pencha sur les leviers et en débloqua un, l'instant d'après L'Elian prit de la hauteur, lentement il s'éleva dans les cieux. La proue creva le rideau vert et le reste du navire suivit. Bientôt le vaisseau se retrouva entre deux langues de lumière. C'était magique, merveilleux. Des éclats de couleurs dansaient sur la fine couche de givre qui recouvrait les voiles. Le rose, le bleu et le jaune se côtoyaient, créant une enivrante ronde de lumière.
     
    Une fois dans cette rivière, Fenrir stabilisa L'Elian, quitta la barre et s'avança sur le pont. Elle aurai aimé partager ce moment avec le reste de l'équipage. La prochaine fois elle irait les réveiller pour qu'ils puissent tous ensemble vivre cet instant magique. Tous ensemble.
     
     
     

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :