• Dolly

     
    Dolly
     
     
     
    L'Elian s'amarra en douceur au dock de Venamis, ville portuaire, où d'autres voiliers bien plus impressionnant stationnaient là. Le trois-mâts était coincé entre deux géants. Fenrir sortit sur le pont et dit:
     
    -Et moi qui croyais que j'avais fait de mon mieux en terme de hauteur...
     
    Nef la rejoignit et lui tapota l'épaule :
     
    -Il y a toujours mieux que soit hein ?
     
    -Je te le fait pas dire, mais des trucs aussi énormes, c'est pas croyable, je sais pas comment ils ont put faire quelque chose d'aussi grand ...
     
    -Avec de l'argent tiens !
     
    Kasai sortait de son labo, ses cheveux étaient parsemés de poussière bleue. Nef et Fenrir sourirent. Puis le musicien prit la parole :
     
    -Une balade s'impose pour moi, qui m'accompagne ?
     
    -Je prend mes affaires et je te suis.
     
    Fenrir disparut par la porte de poupe, celle qui menait aux salles internes.
     
    -Je viens aussi.
     
    La mécano' réapparut, sa ceinture à outils fermement accrochée à sa taille. Kasai avait enfilé son long manteau noir et Nef s'était armé de sa fidèle guitare.
     
    -Vous partez jamais sans hein ? Demanda Fenrir
     
    Nef la regarda, un sourcil levé :
     
    -C'est toi qui nous dit ça ?
     
    -Regardes toi, une clé à molette, deux tournevis et un petit marteau ?
     
    Fenrir regarda sa ceinture, fit semblant de n'avoir rien entendu et enjamba le bastingage.
     
    -On y va ?
     
    Les deux garçons se lancèrent un regard mi-amusé, mi-désespéré :
     
    -Une vrai tête de mule ... Dit Kasai.
     
    -Tout comme nous, je me demande si ce n'est pas grâce à ça qu'on arrive à se supporter tous les jours...
     
    Kasai feinta de se s'énerver, puis sourit. Les deux garçons sautèrent du bateau pour atterrir souplement sur les docks. Fenrir les attendaient, souriante.
     
    -Bon, on va par où ?
     
    Kasai se tourna vers Nef et lui demanda :
     
    -Que cherches-tu ?
     
    -Oh rien en particulier, cette ville à l'air belle, j'avais envie de faire un tour c'est tout. Et vous ?
     
    -Rien de spécial pour moi, répondit Kasai
     
    -Idem, allons nous balader, ça a l'air jolie comme ville.
     
    En effet, la ville était du genre festive, de larges étendards s'élevaient du haut des bâtiments. Des guirlandes de papiers multicolores étaient accrochées aux rebords. La construction même de la ville était différente, elle était découpée en quatre quartiers, tous séparés par un canal et de petits ponts de pierre permettaient de se balader librement. Tous les canaux se regroupaient au centre de la ville pour former un petit plan d'eau ; c'est ici que se réunissaient les commerçants pour créer un marché aquatique, les vendeurs présentaient leurs marchandises à bord de grandes chaloupes et les clients se baladaient de bateaux en bateaux. Chaque quartier de la ville avait une spécialité, le nord était spécialisé dans le service, le sud était artisanal, l'est était résidentiel et l'ouest servait surtout à la vie quotidienne. En ce jour de balade pour le petit équipage, il faisait beau, le ciel était dégagé et le marché aquatique était juste en face des trois compagnons. Nef le désigna et les trois amis s'élancèrent en direction du rassemblement de couleurs, de cris et de gens. Le trio se balada en regardant distraitement les étalages, toutes sortes d'articles s'étalaient sous leurs yeux mais rien n'attiraient vraiment leur attention, en revanche, eux l'attirèrent,... l'attention. Un homme les héla aux travers des bateaux blindés :
     
    -Hey, hey vous, le trio là !!
     
    Les concernés se retournèrent et s'arrêtèrent. L'homme les rejoignit, essoufflé. Kasai leva un sourcil en voyant l'accoutrement de son interlocuteur, son costume était un patchwork de toutes les couleurs et un masque était accroché dans ses cheveux roux, mi-long et en bataille. Il devait avoir leur âge.
     
    -Excusez moi de vous déranger, je m'appelle Tité.
     
    Fenrir le regarda en détail et leva un sourcil à son tour :
     
    -Et ? Qu'est ce qu'on peut faire pour toi ?
     
    -Je ... Euh ... J'aimerais que vous me suiviez...
     
    -Pour quoi faire ? Pourquoi on devrait vous suivre ?
     
    Nef regarda le jeune homme d'un air méfiant, Tité baissa la tête et dit :
     
    -Hum, en faite je suis apprenti marionnettiste et mon maître cherche à prendre des clichés de voyageur.
     
    -Des clichés ?
     
    Kasai fronça les sourcils.
     
    -Euh, oui des clichés, il s'en sert de modèle pour créer les poupées grandeurs natures qui font sa renommée...
     
    Fenrir prit la parole à son tour :
     
    -Pourquoi nous, spécialement ? C'est une ville portuaire, vous devez avoir beaucoup de visiteurs non ?
     
    -Oui, il y a beaucoup d'étrangers dans notre ville mais mon maître préfère les personnes atypiques.
     
    Les trois pirates affichèrent une moue de surprise et Nef demanda :
     
    -Comment ça « atypique » ?
     
    -Vous êtes différents des visiteurs habituels, votre comportement et votre accoutrement, vous acceptez de me suivre ?
     
    Le trio se regarda et de concert, ils dirent :
     
    -Non, définitivement non, ça ne nous intéresse pas.
     
    Tité parut déçu mais leur sourit tout de même :
     
    -Désolé de vous avoir fait perdre votre temps et bon séjour chez nous.
     
    Puis il partit sans se retourner. Kasai se massa la nuque et dit :
     
    -Je me demande bien quelle galère on a évité ...
     
    -Personnellement je ne veux pas savoir, on l'a évité et c'est très bien comme ça pour moi, dit Nef en riant.
     
    -Bon, on va où maintenant ? Demanda l'artificier.
     
    -J'irais bien faire un tour dans le quartier artisanal voir s'ils n'ont pas quelques trucs utiles.
     
    -Alors allons-y.
     
    De nouveau, le petit groupe se retrouva à sillonner les rues de Venamis, faisant du lèche vitrine et entrant dans les boutiques plus occasionnellement. Seules trois avaient retenu leur attentions, l'échoppe d'un alchimiste où Kasai avait trouvé plusieurs composants pour sa dernière innovation, un disquaire avec qui Nef avait discuté et enfin le bâtiment devant lequel ils étaient arrêtés, le magasin n'avait qu'un étage contrairement aux deux grandes maisons qui l'entouraient, la façade avaient l'air aussi plus vieille bien qu'elle fut entretenue. Une grande vitrine remplissait une bonne partie de la devanture, derrière le verre une jeune femme souriante était assise sur un fauteuil d'une manière décontractée, son visage fixe et ses yeux brillants apprenaient aux visiteurs que ce personnage était une poupée, une poupée réalisée avec un soucie du détail très impressionnant. Le trio, après avoir attentivement regardé le mannequin, s'intéressa à l'intérieur du magasin. Ils remarquèrent vite Tité, assit derrière un bureau et, apparemment, très concentré sur ce qu'il faisait. Les pirates entrèrent dans la petite boutique et le jeune roux releva la tête précipitamment, faisant tomber par inadvertance l'outil qu'il avait dans la main.
     
    -V-vous avez changé d'avis ?
     
    Un sourire illumina son visage mais Nef répondit :
     
    -Non pas vraiment, on a juste voulu voir l'intérieur de la boutique.
     
    -Oh je vois, et bien je vous laisse faire, faites-vous plaisir.
     
    Tité avait un grand sourire sur le visage. Après avoir fait le tour du propriétaire et vu une panoplie de poupées grandeurs natures toutes plus réalistes les unes que les autres, le groupe s'intéressa à ce que faisait Tité. Fenrir se pencha par dessus le bureau et s'exclama :
     
    -C'est toi qui a fait ça ? C'est sublime !
     
    Tité rougit jusqu'aux oreilles, entre ses mains une petite marionnette était en train de prendre forme, son visage, même incomplet pour le moment, était d'une précision renversante et le corps était parfaitement proportionné, un petit bijoux.
     
    -Je n'arrive pas encore à la cheville de mon maître ... Je ne sais pas faire de grand modèle.
     
    -C'est pour ça que tu es nommé apprenti, Tité.
     
    Tous se retournèrent vers le fond de la pièce où un homme d'une cinquantaine d'année venait d'apparaître.
     
    -Maître, ce sont les jeunes gens dont je vous ai parlé...
     
    Le maître s'avança vers Nef à grands pas, s'arrêta juste devant lui et le regardait maintenant de haut en bas en se grattant le menton, penseur. Le musicien, ne sachant comment réagir resta immobile, les yeux aussi ronds que ceux de ses compagnons, Kasai prit la parole :
     
    -Je peux savoir ce que vous faites ?
     
    Comme sorti d'une longue transe, le maître releva la tête, observa Kasai puis Fenrir avant de se retourner vers Tité et de lui annoncer, un grand sourire aux lèvres :
     
    -Tu as raison, ils sont parfaits, suivez moi jeunes gens, on va tout de suite se mettre au travail.
     
    Le trio allait protester mais déjà l'homme tirait Fenrir et Kasai par les poignets et Tité poussait Nef dans le dos. Les pirates se retrouvèrent dans une chambre noire, seuls. Derrière la porte, bizarrement, verrouillée ; ils entendirent le maître demander à Tité de retourner travailler.
     
    -Je crois qu'on s'est foutus dans la merde...
     
    -Je te le fait pas dire Kasai ...
     
    -Je sais pas vous les gars, mais moi je me sens un peu bizarre ...
     
    En disant ça, Fenrir se laissa glisser le long du mur et essaya de repérer ses compagnons dans la pièce noire.
     
    -Je ne me sens pas bien non plus... Ca tourne...
     
    Nef s'appuya à son tour sur le mur et s'assit.
     
    -Eh oh, les gars, vous allez pas dormir tout de suite quand même, on sort de là d'abord, ok ?
     
    Kasai, n'obtenant aucune réponse, se mit à chercher à tâtons une sortie :
     
    -Merde, c'est vrai que ça tourne un peu mais pas au point de se laisser écraser sur le sol quoi ...
     
    En disant ça, l'artificier trébucha sur quelque chose et tomba à genoux. Devant lui une porte s'ouvrit, laissant une faible lumière s'infiltrer dans la pièce. Le maître, équipé d'un masque, pénétra dans la salle, regarda Nef et Fenrir, tout deux appuyés contre le mur à quelques centimètres l'un de l'autre et se tourna vers Kasai qui tentait de se remettre debout.
     
    -Comment ça se fait que tu ne dormes pas encore toi ?
     
    En entendant ces mots, le pirate lança un regard assassin à l'homme, sentit une vive piqûre dans la nuque et ce fut le noir complet.
     
    *******
     
    -Hey, Hey Nef, debout !! Bouges toi !
     
    Un grognement répondit à l'artificier, Nef ouvrit les yeux difficilement et bailla à s'en décrocher la mâchoire.
     
    -Qu'est ce que tu veux Kasai ?
     
    -Tu te moques de moi c'est ça ?
     
    Nef regarda son ami et soudain tout lui revint, le marionnettiste, le noir et le néant. En ce moment, ses poignets étaient entravés par une corde et ramenés dans son dos, ses genoux et ses chevilles étaient, eux aussi, ficelés.
     
    -Essaye de réveiller Fenrir, ce taré nous a laissé nos armes, elle doit avoir sa dague ...
     
    Nef se pencha en avant et dit doucement :
     
    -Fenrir ? Hey ? Tu m'entends ? J'ai une clé de 22 dans mon sac, je te l'offre viens.
     
    A ces mots, les yeux de la mécano' s'ouvrirent d'un coup :
     
    -Une clé de 22, t'es sérieux ?
     
    Kasai pouffait dans son coin et le musicien lui sourit doucement :
     
    -Non désolé, c'était pour te réveiller ... Au moins ça a marché.
     
    Fenrir grumela et se mit à frénétiquement frotter ses poignets dans son dos, il ne lui fallu que quelques secondes avant de se libérer. Kasai, presque impressionné, lui dit :
     
    -Et bien, moi qui pensais que j'allais devoir t'expliquer quoi faire.
     
    Fenrir lui lança un sourire ironique et alla détacher les liens des deux garçons. Nef, une fois libre, se massa les poignets en regardant autour de lui, la salle dans laquelle ils étaient était sombre mais pas noire. Une porte lourde fermait la pièce, Nef s'en approcha et regarda par le trou de la serrure :
     
    -Je crois qu'on ne pourra pas sortir par là ...
     
    -Pourquoi on pourrait pas ?
     
    Kasai regarda à son tour par le trou et avisa la dizaine de bouches d'aérations qui diffusaient une brume violacée.
     
    -Danozène... Si on passe par là on est bon pour une seconde sieste...
     
    Fenrir grimaça pendant que Nef marchait de long en large en faisant claquer ses talons. Les cinq minutes qui suivirent étaient rythmées par les bruits de pas du musicien, puis soudain :
     
    -Je l'ai !!
     
    Fenrir lança un regard interrogateur à son ami et Kasai demanda :
     
    -Tu l'as quoi ?
     
    Le mélomane ne lui répondit pas tout de suite, pour le moment il était allongé au centre de la pièce et tapait de la paume de la main sur le sol :
     
    -Là, je l'ai, ça sonne creux !
     
    Les deux autres s'approchèrent et tendirent l'oreille, effectivement le son était moins mat que le reste de la salle. Fenrir se releva, s'éloigna un peu et jeta un coup d'œil à Kasai qui s'était déjà mit au travail.
     
    -Je vais te le faire exploser ce parquet, tu vas voir !!
     
    Nef recula à son tour et l'artificier se mit à mélanger des poudres avec frénésie. Une fois qu'il eu obtenu une belle couleur émeraude, il en déposa une traînée sur l'endroit désigné par Nef et, un sourire sadique plus tard, il y mit le feu. Un retentissant BOOM survint et, une fois la fumée estompée, un trou béant apparut sur le sol. Fenrir ouvrit de grand yeux étonnés et se tourna vers Nef :
     
    -Comment tu as su pour ça ?
     
    -Et bien en fait, je ne le savais pas, c'est juste que je l'avais lu dans un des contes de Mira' ... J'y croyait pas trop.
     
    Nef sourit. Les trois amis se penchèrent au dessus du trou et regardèrent dedans : un long couloir noir à la vertical s'étendait sous leurs pieds. De l'autre côté de la porte, le trio pouvait entendre le bruits de pas pressés du marionnettiste. Kasai prit la parole :
     
    -Bon, on va pas faire de vieux os ici, les femmes et les enfants d'abord.
     
    Il poussa sans ménagement Fenrir dans le trou. Celle-ci hurla tout son répertoire à jurons et attrapa in-extremis un pan du manteau de l'artificier, le jeune homme beugla à son tour avant de disparaître dans le noir du couloir. Nef, après avoir vu le marionnettiste débarquer dans la salle, sauta sans se poser de question ; il eu le temps d'entendre le maître hurler «  Vous ne vous en tirerez pas comme ça, je vous aurais, je vous veux, ma collection pourrait être parfaite !!» avant que les ténèbres ne l'envahisse.
     
    La chute ne fut pas longue, les pirates atterrirent vite dans un bassin rempli d'eau. La surprise passée, Fenrir nagea vers Kasai, lui asséna une tape à l'arrière du crâne et repartie.
     
    -Mais ça va pas ? Pourquoi tu fais ça ? Cria l'artificier.
     
    -T'as de la chance qu'il n'y avait que de l'eau ici sinon je crois que je t'aurais castré...
     
    Nef se mit à rire de son côté et dit :
     
    -Calme les gars, calme, on a autre chose à faire, non ?
     
    Un doux sourire s'afficha sur son visage trempé et les deux autres lui répondirent par un sourire provocateur pour l'un et rieur pour l'autre.
     
    Fenrir tapa dans ses mains bruyamment comme pour se réveiller :
     
    -Bon, on a une sortie à trouver !
     
    -Et un marionnettiste à buter ! Renchéri Kasai.
     
    -Oui, si tu veux... Soupira la Mécano'
     
    Le musicien se remit à rire. Toujours là pour remonter le moral, Nef est une perle, brillant par sa pureté.
     
    -Là, il y a un petit peu de courant, il devrait y avoir un trou...
     
    Kasai avait reprit un peu de son sérieux et désignait un coin de la petite salle.
     
    -Je vais voir.
     
    Après ses paroles, Nef plongea et remonta quelques trente secondes plus tard :
     
    -Il y a bien une ouverture mais c'est une trappe condamnée. Tu penses pouvoir la faire sauter Kasai ?
     
    Le concerné regarda le musicien avec des yeux ronds et s'exclama :
     
    -Avec quoi ? Je suis dans l'eau, rien ne peut cramer ici...
     
    -Effectivement, question idiote, excuse-moi...
     
    Alors que les deux garçons essayaient de trouver une solution, Fenrir les regarda d'un air blasé, puis plongea. Elle trouva facilement la trappe dont avait parlé son ami et commença à traficoter vices et boulons à la force de sa clé de douze, fidèle compagne. Il ne lui fallu pas bien longtemps pour voir la lourde porte couler et se sentir aspirée par le trou béant qui apparaissait maintenant.
     
    A la surface, un glouglou de baignoire qu'on débouche se fit entendre, les deux jeunes hommes sortirent enfin de leur discussion stérile et s'interrogèrent, Kasai le premier :
     
    -Où est Fenrir ?
     
    -J'en sais rien, elle était là il y a une minute ...
     
    -Et regarde, le niveau de l'eau diminue ...
     
    Les deux pirates se regardèrent avec une tête mi-blasée, mi-amusée et plongèrent. En bas, il trouvèrent l'ouverture qu'avait crée Fenrir et s'y engouffrèrent. Quelques mètres plus loin, ils se retrouvèrent projetés dans une vaste salle, ils s'écrasèrent sur le sol dallé et maintenant recouvert d'un peu d'eau. Un éclat de rire les accueilli, Fenrir, debout et dégoulinante, se moquait ouvertement d'eux, mais à la vue du bleu qu'elle avait au menton, son atterrissage n'avait pas été plus glorieux.
     
    Sur un côté de la grande salle, une échelle permettait de rejoindre une plaque d'égout, enfin l'extérieur. Une fois dehors le trio s'étira et s'ébouriffa. Kasai, remonté à bloc, s'exclama :
     
    -Je vais aller lui taper dessus à cet enfoiré !
     
    Nef, plus mesuré, se tourna vers Fenrir et lui demanda :
     
    -Comment tu nous as sortit de là ?
     
    Fenrir leva un sourcil en signe d'incompréhension :
     
    -Bah, j'ai juste démonté la porte ... Quelques coups de clé et c'est réglé, pas mécanicienne pour rien, tiens.
     
    Elle fit un clin d'œil au musicien et se mit en route pour l'échoppe du maître de Tité. Le voyage ne fut pas bien long mais quelle ne fut pas leur surprise de voir le roux se faire taper dessus par son maître, rouge de colère.
     
    -Ils étaient à moi, à moi, ils auraient été le clou de ma collection, regarde-les, ils sont tous parfait, tout ces étrangers transformés en magnifiques poupées, une poupée c'est tellement mieux qu'un être humain gesticulant !!
     
    Tité ne pouvait que recevoir les coups, son arcade sourcilière était déjà en sang. Kasai entra le premier dans la boutique, le bruit fit relever la tête au marionnettiste, Fenrir se précipita sur Tité pour l'aider et Nef la suivit.
     
    -Vous ? Vous !! Mais comment ? Et qui es-tu, toi d'abord le théâtreux ? Pourquoi tu ne t'es pas endormi comme les autres ? Qu'est-ce qui cloche chez toi ?
     
    Kasai parut offusqué, puis il sourit avec un air mauvais :
     
    -Apprend à connaître tes proies, les poudres toxiques, je connais, je n'y suis pas encore immunisé mais ça vient, alors « le théâtreux » tu le retire tout de suite et tu m'appelle Kasai, Artificier de L'Elian, Bateau pirate !
     
    L'homme en face de lui n'eut pas le temps de répondre que, déjà, une caisse de guitare renforcée s'écrasait sur l'arrière de son crâne, le lassant s'écrouler, sans conscience, sur le sol de son magasin. Tité fut abasourdit et Fenrir se mit à rire :
     
    -Ca c'est du tombé de rideau les gars, bien joué !
     
    Kasai lui tira une révérence et Nef joua un accord avant de remettre sa guitare dans son dos. Le roux prit la parole :
     
    -Heu, je suppose que mon maître est un meurtrier ...
     
    Fenrir se mit à rire :
     
    -Tu supposes bien, donc je te suggère de le confier à la garde de ta ville, de tout expliquer et de reprendre la boutique avec des vrais marionnettes de bois et des poupées de cire. Tu fais du très bon travail avec des modèles réduits, tu devrais aisément t'en sortir.
     
    Fenrir lui fit un clin d'œil. Derrière elle, Kasai fit un « oui » de la tête et Nef lui sourit. Tité ne put que balbutier un « merci » gêné mais sourit à son tour. Un nouveau départ se présentait à l'apprenti devenu maître en l'espace de quelques heures.
     
    Le trio, s'en s'attarder, rejoignit le reste de l'équipage. Ils furent accueillit par leurs compagnons à coups de coudes dans les côtes et de grands éclats de rire, ce soir, chacun se confira sur les déboires de leur journée. La soirée allait être longue, amusante et, encore une fois, L'Elian s'envolera pour d'autres aventures !

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :