• En Catimini

     Venesiaa En Catimini

    Venesiaa sortit de sa méditation lorsqu’elle entendit l’horloge de la cité sonner les cinq coups du soir. Elle ouvrit les yeux et doucement déplia ses longues jambes. La cale était toujours aussi froide et humide et elle se félicita de ne pas les avoir rencontrés en hiver. Elle se corrigea cependant. C’était elle qui avait choisi de rester là. Nef et Kasai lui avait bien proposé de venir à l’étage du dessus, mais elle avait refusé. Si Fenrir ne voulait pas d’elle, hors de question qu’elle risque son courroux. Ses cornes se souvenaient encore de la solide poigne de la mécanicienne.

    Elle regarda autour d’elle. Dans un coin gisait son alibi d’hier soir. Elle ne savait pas exactement comment fonctionnait le bateau, mais quelque chose lui soufflait que les bruits devaient se répandre rapidement. Voir la petite nouvelle aller et venir sans raison apparente entre le bateau et la terre ferme aurait été sûrement vu comme quelque chose de suspect. Surtout sur un vaisseau pirate… Elle ne voulait prendre aucun risque aussi avait-elle acheté de la toile. C’était aussi une manière de montrer ses bonnes intentions et de remercier l’équipage de l’avoir aidé. Elle avait donc entreposé de quoi recoudre les voiles et en découper une neuve.

    Elle rassembla ses affaires et observa la cale. Elle n’avait rien sur elle. Il ne lui restait que ses chaussures et son ombrelle qui lui restaient du bal. Elle reprit sa couverture de femme de haut rang en enfilant de nouveau sa sur-jupe. Se promener ainsi dans cette tenue sur le bateau était juste impensable si elle voulait pouvoir se mouvoir sans problème. Mais maintenant, il s’agissait de justifier ses déplacements. Elle prit une grande inspiration et se glissa dans le couloir.
    Autour d’elle, le vaisseau ne faisait pas un bruit. Tout le monde était à la cantine comme elle s’en doutait. Elle monta les escaliers et passa devant les différentes pièces, sa robe froufroutant derrière elle à son grand damne. Mais alors qu’elle disparaissait sur le pont, la porte de la salle des machines s’ouvrit. Elle n’en vit rien et prit pied sur le pont. Elle traversa alors vivement ce dernier, l’équipage étant absent, personne ne l’a vit. Arrivant face au cordage de descente, elle accrocha son mousqueton et se jeta dans le vide sans se retourner. Tout ça appartenait maintenant au passé.

     

    Elle circulait maintenant vivement dans les rues de la cité. Elle quitta sans encombre le quartier sombre pour arriver dans la partie du port plus huppé. Là, elle constata la perfection de son déguisement. Les femmes comme les hommes de haute condition la saluaient avec respect et l’un d’eux lui tint la main pour l’aider à descendre. Elle le remercia d’une doux sourire faisant chavirer les yeux de l’homme. Continuant sa route, elle arriva enfin devant l’amarrage de L’Aléna. Le bateau semblait immense par rapport à l’Elian. Ce n’était d’ailleurs pas pour rien. En son sein se trouvait une cinquantaine de canaux de sauvetage. L’Aléna était un transfrontalier. Son but : transporter les espions à la solde du quartier Thanys. Espions qui étaient semés dans la nature en prenant les petits voiliers internes. Ils rejoignaient ainsi les différentes planètes.

    Venesiaa s’approcha du capitaine et plongea ses yeux dans les siens. Ni l’un, ni l’autre ne cillèrent jusqu’à ce que la Valenn fasse tinter sa bourse. Une lueur de convoitise alluma sa flamme dans les yeux de l’homme. Ils sourirent tous les deux: elle allait monter à bord. Elle ne s’occupa ni du prix, ni de la convoitise de l’homme. Elle négocia serrée. Il devait lui restaient des pièces sur elle pour la traversée. Elle connaissait la valeur d’une vie.

     

    Le rendez-vous fût fixé à 18h et elle paya un quart de la somme dû. Un autre quart lorsqu’elle serait dans le bateau et le reste au moment de larguer les amarres. En attendant, il lui restait bien du temps à occuper. Elle poussa la porte d’un bar tout prêt pour se retrouver au milieu d’une ambiance déroutante. Beaucoup buvaient de la bière mais tous avec une extrême distinction. Elle s’assit et demanda une pinte. Elle se plongea dans ses pensées lorsqu’un homme l’en sortit brutalement. Râlant comme à son habitude, l’artilleur de l’Elian venait de s'asseoir pile en face d’elle.

    Son visage prit soudainement une forte couleur rouge et parlant suffisamment fort, elle s’exclama :

    “Lucien ! N’oubliez pas vos manières voyons ! C’est sur la chaise juste à ma gauche que vous devez vous trouver.”
    Ce faisant, elle lui jeta un regard mi-courroucé, mi-amusé désignant d’un léger mouvement de tête très insistant la chaise bien plus simplette qui se trouvait à côté d’elle.

    “Pardonnez-moi Dame Yvettes.” répondit l’artilleur en s’installant sur la chaise.
    Il était mort de rire et Venesiaa se demanda un instant si elle avait décemment le droit de le frapper d’un coup d’ombrelle. Elle se pencha vers lui et lui souffla :
    “Qu’est ce que tu fais ici ? Tu as failli faire foirer toute ma couverture.
    - Je me demandais juste ce que tu faisais ici, je t’ai vu discuter avec le capitaine du bateau puis rentrer dans ce bar donc je suis rentré aussi.
    - J’ai simplement acheté un bateau et une place pour monter dans le sien.
    - Ah ! Tu t’en vas ?”
    Son expression était indéchiffrable et Venesiaa se demanda un instant ce qu’il ressentait. Elle se fit aussitôt la remarque que cela ne la regardait pas et répondit simplement avant de replonger le nez dans sa pinte :
    “Oui, d’autres projets sont en cours. Je dois les finir.
    - Pourquoi tu pars sans prévenir personne ? Nef le sait ?
    - Pourquoi le ferais-je ?”

    Elle se rendit compte qu’elle était réellement surprise par la question. Elle n’avait pas vraiment besoin de les prévenir… C’était ce qui était prévu depuis le début.

    “Pour rien, pour rien… Tu pars ce soir ?
    - Oui, dans une demi-heure." Elle consulta sa montre. “Enfin, un quart d’heure. Mais tu sais, c’était la base du contrat. Je ne restait que jusqu’à la prochaine escale viable.
    - Je sais mais partir comme ça, sans rien dire, on dirait que tu veux t’enfuir… Bon je vais te laisser il ne faudrait pas que tu loupes ton bateau ! Peut-être à une prochaine.”
    Avant même qu’elle ne put dire un mot, il s’était levé et rassemblait déjà ses affaires. Il n’y avait rien à ajouter. Toutefois, elle se leva à son tour et l’accompagna jusqu’à la porte. Elle le regarda droit dans les yeux et dit avec un sourire triste :
    “Au revoir Kasai. Merci d’avoir été là.
    - Au revoir Venesiaa, j’espère te revoir un jour.”

    Elle se détourna et alla jusqu’à l’Aléna. Elle salua d’un signe de tête le capitaine et disparut dans le ventre du navire.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :