• Explications

    Fenrir, KasaiNef & Venesiaa Explications

    Énervée comme pas deux, la mécano’ traîna l’infortunée cornue en dehors de sa salle des machine tout en continuant de râler. Venesiaa avait envie de hurler de rage. La peur avait disparu pour laisser place à la colère. Elle n’y était pour rien après tout. Le concours de circonstance avait fait que. Mais de là à l’accuser de tout. Il ne fallait pas non plus se moquer du monde.

     

    Ce fut à ce moment précis que Nef sortit de l’infirmerie. Il écarquilla les yeux, autant que faire ce peu lorsqu’il tomba nez à nez avec Fenrir tenant Venesiaa par les cornes.

    «Mais voyons qu’est-ce qu’il se passe ici ?» demanda Nef avec un demi sourire.

    Venesiaa blanchit à son apparition. Elle n’avait aucune idée de ce qu’elle était sensée faire, mais quelque chose lui soufflait qu’elle devait éviter les ennuis. La trace qu’il avait sur l’oeil semblait être plutôt récente.

    «Je l’ai trouvé chez moi, je veux pas la garder, elle me fait chier, je la vire ! Point barre.» Ragea la Mécano’.

    «Qu’est ce qui se passe ma petite Fen’ ? Cela fait un moment que je ne t’avais pas vu autant en colère. La dernière fois il me semble que c’était quand Kasai avait explosé le blindage que tu lui avais fait.» demanda innocemment Nef.

    L'intéressé sentit une colère fourbe s’insinuer en elle. Elle gronda alors :

    «Nef … Tu vas finir par la rejoindre si tu n’arrêtes pas immédiatement de m’appeler comme ça …»

    Venesiaa s’était recroquevillée sur elle-même maintenant que Fenrir avait fini de la traîner à travers tout le bateau. Elle écoutait avec intérêt pour savoir à quelle sauce elle allait être mangée.

    Voyant la situation dégénérer, Nef tendit sa main à Venesiaa puis indiqua à tous la direction du pont. Elle se leva légèrement crispée, très droite, les dents serrées, habitée par la colère. Elle fit signe à Nef qu’elle le suivait. Une fois arrivés au grand air, Nef espérait que la tension redescendrait. Mais c’était aussi prendre le risque que quelqu’un apprenne à voler. Fenrir poussa un soupir désespéré avant de suivre les autres, la colère se lisait toujours sur son visage. A ce moment là, Kasai sortit de son laboratoire et arriva sur le pont, voyant Fenrir, Nef et une inconnue :

    «Hey ! Il se passe quoi ici ? Et qui êtes-vous belle inconnue ?» demanda-t-il.  

    Suite à la question complètement incongrue, le sang de la mécano’ ne fit qu’un tour et son poing vint s’écraser sur la joue de l’artilleur.  

    «Aïe !! Il t’arrive quoi Fenrir ?! Tu te calmes et tu m’expliques tout ça tranquillement sinon je vais t’en mettre une aussi !» s’exclama Kasai très surpris d’avoir pris un coup de la part de Fenrir, celle-ci se mit à hurler :

    «Il se passe qu’il y a l’un de vous a amené la cornue à bord, qu’elle s’est planquée chez moi, que j’en veux pas et qu’en plus tu dragues comme un bleu !”

    - C’est pas une raison pour m’en foutre une ! Bon, comment tu t’appelles et qui t’a fait monter sur l’Elian ?»

    Venesiaa sentait le rouge lui monter aux joues. La colère l’envahit définitivement et elle finit par hurler : «La ferme !» Elle inspira un grand coup et parla le plus calmement du monde.

    «Je m’appelle Venesiaa et je viens d’Esaedto ! Si ça vous emmerde tant que ça, foutez moi aux fers et déposez moi à la prochaine île que vous trouverez sur votre chemin. Je n’ai rien demandé à la base et vous avez accepté de me laisser monter ici.» Elle regarda chacun dans les yeux de toute sa superbe. Intérieurement, elle remercia sa tante de lui avoir appris à garder la tête haute en toutes circonstances. Ses yeux étaient des poignards et sans qu’elle le veuille, ils s’attardèrent particulièrement sur Nef. Celui-ci ne savait plus quoi faire, il hésitait entre tout raconter ou continuer à nier son implication là-dedans. Cependant s’il continuait à tout nier, la chute risquait d’être rude. Alors il s’exprima ainsi:

    «Je vais tout vous raconter, c’est plus compliqué que cela ne paraît…» 

    Mais Fenrir excédée l’interrompit immédiatement :

    «La version courte ou tu passes par dessus bord !

    - En effet, c’est moi qui l’ai faite monter sur le navire suite au bal car nous nous sommes percutés en nous enfuyant au même moment. Elle semblait perdue donc je l’ai raccompagnée jusqu’à notre navire et vu qu’il n’y avait encore personne, je l’ai invitée sur le pont. Mais Grey est rentré plus tôt que prévu donc j’ai indiqué à Venesiaa de se cacher. Pour le reste je ne suis plus responsable. Pour moi aussi la nuit fut difficile.»

    À ces mots, Venesiaa se sentit infiniment soulagée. Avec un peu de chance elle allait éviter de passer par dessus bord, mais pour ce qui était des fers… Rien ne semblait encore décidé. La mécano, quant à elle, laissa dériver son regard de la cornue au troubadour, perplexe.

    «C’est bien beau tout ça mais maintenant ? On fait quoi ? J’en prend pas la responsabilité ! Je veux bien ne pas la balancer mais je ne veux pas m’en occuper !»

    Kasai décida d’intervenir:

    «Venesiaa, est-ce que tu sais faire quelque chose sur un bateau ? Et la vie de pirate t'intéresse ou non ?

    - Ok… répondit-elle, dernière fois que je me mets dans une galère pareille… Et concernant ce que je sais faire sur un bateau, rien monsieur le dragueur. Et je vous prierais de bien vouloir prendre un autre ton avec moi. Je ne suis pas votre belle inconnue et je ne le serais jamais.»

    Explications

    Elle fulminait intérieurement. Quelle idiote d’avoir cru un instant qu’il la reconnaîtrait. Elle sentait les larmes poindre et serra les dents. Kasai se rendit compte de sa méprise : il l’avait déjà rencontrée juste avant le bal. Il n’avait pas fait le rapprochement avec les cornes et il se demanda comment il pourrait bien rattraper le coup sans passer pour un idiot...C’est alors que Fenrir intervint une nouvelle fois.

    «Wowowow ! On se calme ! Comment ça la vie de pirate l'intéresse ? Non ! Non du tout ! Ça l’intéresse pas ! Que dalle !»

    La colère reprit le dessus, elle n’allait quand même pas se laisser faire sur son navire !

    « Pourquoi elle ne pourrait pas rester ? Tu as l’air plus énervé que d’hab’, Fen’, il s’est passé quelque chose ?» interrogea Kasai. Pour lui il n’y avait aucun inconvénient, elle était jolie et il aimait bien son caractère. De plus chaque membre de l’équipage était arrivé de bien des manières sur l’Elian donc qu’elle soit montée pour accompagner Nef ne lui posait aucun problème, à part une pointe de jalousie.

    «Il ne s’est rien passé, Rien ! Démerdez vous, j’en ai plus rien à foutre !» ajouta Fenrir nerveusement avant de tourner les talons et de repartir vers sa salle des machines. Nef tenta de la rattraper mais s’étala de tout son long.

    «Attend, ne t’enfuis pas.» 

    Mais il se rendit compte de son échec et la laissa partir. Voyant l’impasse dans laquelle il était, Nef décida de laisser cette inconnue et son ami en leur disant :

    «Écoute Venesiaa, si tu veux rester, je n’y vois pas d’inconvénient, si tu préfères partir, ainsi soit-il. Sur ce moi, je vais me coucher, bonne nuit les tourtereaux !»

    Nef entama une petite balade tout en s’en allant. La cornue les regarda s’en aller et les maudit jusqu’à la dix-septième génération. Se tournant vers l’autre, elle le regarda droit dans les yeux, froide et distante, elle demanda :

    «Où sont les fers ?

    - Dans la cale mais c’est pour faire quoi ?»

    Elle le regarda méprisante : «Figure toi que je n’ai pas encore appris à voler et il me faut bien quelque part pour dormir. Et il est hors de question que je m’approche de ton lit, pervers.» Elle ramassa ses affaires au pied du mat et sans un mot descendit dans la cale.

    Kasai la regarda partir il ne comprenait rien à ce qui venait de se passer, surtout pas la réaction de Fenrir. Elle qui d’habitude ne refuse pas quelqu’un dans l’équipage même si celui-ci est arrivé de manière particulière. Il se fit aussi la réflexion que Venesiaa avait un sacré caractère, il allait devoir s’expliquer avec elle et s’excuser de ne pas l’avoir reconnue. Il décida d’aller dans son atelier pour continuer à étudier les documents qu’il avait trouvé au bal.

     

     Suite Kasai et Venesiaa ici

     

     


  • Commentaires

    1
    ness
    Dimanche 31 Janvier 2016 à 11:33

    Super texte, entre Fen qui fulmine et Venesiaa qui s'énerve, ce passage et mouvementé !! Et Kasai, quel gentleman, quel finesse, quel talent pour la drague ! xD

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :